ASSOCIATION FRANÇAISE

DES INTERMÉDIAIRES EN
BANCASSURANCE

« Notre mission vous simplifier la vie et vous rendre plus efficace »

L’Association Française des Intermédiaires en Bancassurance (AFIB), fondée en 1997, regroupe les principaux acteurs de l’intermédiation en crédit et d’assurance en France. Il a pour vocation la défense, la valorisation et la promotion de la profession d’intermédiaire (banque et assurance).

AFIB_LOGO_RVB_design logo

VOUS
INFORMER

AFIB_LOGO_RVB_design logo

VOUS
ACCOMPAGNER

Nos services pour les IOBSP

icone secretariat

FORMATIONS REGLEMENTAIRES

AFIB icones_1 protection juridique

UNE PROTECTION
JURIDIQUE

AFIB icones_1 mediation

SERVICE
MÉDIATION

AFIB icones_1 partenaires

ASSURANCE RC PRO

AFIB icones_1 site internet

ACCOMPAGNEMENT

AFIB icones_1 base de donnee

BASE DE DONNÉES
JURIDIQUE & PRATIQUE

AFIB icones_voter

UN MODE DE REPRÉSENTATION UNIQUE

Parce que chaque voix compte,
1 cabinet adhérent représente 1 voix

Des commissions au
service de vos intérêts

parce que les sujets sont nombreux et le cadre règlementaire contraignant le Conseil d’Administration a prévu des commissions spécifiques pour vous guider dans la jungle des textes.

Financement
immobilier

Pour les professionnels

du financement

immobilier, courtier,

et MIOBs

Regroupement de crédits

Mandataires, exclusifs 

ou non, et MIOBs en “RAC” : cette commission est pour vous

Financement Pro

La seule commission 

pour les intermédiaires 

en financement des professionnels

L’actualité des IOBSP

Toute la veille sur l’actualité de la profession des intermédiaires en bancassurance

Point sur la loi de Régulation du Courtage
Madame, monsieur,Veuillez trouver ci-dessous le : POINTS SUR LA LOI DE REGULATION DU COURTAGE Votée en janvier 2021, puis validée en CMP (commission mixte paritaire) courant mars, la loi a été définitivement adoptée par le Sénat le 1er avril 2021. L’origine de ce projet réside dans le fait qu’il existe un « trou dans la raquette » dans le contrôle et l’accompagnement des intermédiaires, entre l’ORIAS qui contrôle la capacité professionnelle du mandataire social et l’ACPR qui contrôle les pratiques commerciales. De fait les salariés des intermédiaires ne faisaient l’objet d’aucune validation de leur capacité à exercer l’activité, ni de leurs formations, initiale ou annuelles récurrentes.L’ORIAS, qui tient le registre des intermédiaires, n‘a pas les capacités d’accomplir ces nouvelles missions d’accompagnement et de contrôles. Le point particulier des sociétés exerçant en LPS, c’est-à-dire des sociétés étrangères pratiquant l’activité en France a été de nombreuses fois soulevées ; la députée Valeria Faure-Muntian précise que, certes, elles ne sont pas concernées par le projet de loi mais qu’il sera de leur intérêt, vis-à-vis des consommateurs, de rejoindre une association.Autre point particulier : le démarchage téléphonique. De nombreux abus ont été relevés, comme la non-vérification de « l’équipement du client », la vente en un seul temps ou l’absence d’enregistrement de la conversation. Accompagnés par leur mandants ou compagnies d’assurances, les mandataires de banques, exclusifs ou non, ainsi que les agents généraux d’assurance, sont exclus du dispositif. Les associations agréées par l’ACPR auront donc pour missions :Veiller aux formations, initiale et annuelles, des salariésS’assurer que ces derniers n’ont pas d’interdiction pénale d’occuper le poste ; le mandataire social devra demander à son salariés son bulletin de casier judiciaire N°3Offrir un service médiation à leurs adhérents.Apporter toute assistance en matière règlementaire La DDA interdit les contrôles des intermédiaires d’assurance, quant aux CIF ils sont surveillés par l’AMF.Les associations professionnelles devront motiver tout refus d’adhésion d’un intermédiaire auprès de l’ACPR et pourront transmettre l’information aux autres associations. Le calendrier s’éclaircit, avec la parution des décrets d’application en juin ou juillet, le dépôt des dossiers d’agrément à l’ACPR à la fin de l’été pour un agrément avant la fin de l’année. Chaque association devra compter un nombre suffisant d’adhérents afin d’avoir les moyens, financiers et humains, de remplir correctement sa mission.Les syndicats ne pourront pas recevoir d’agrément de l’ACPR car leurs missions sont incompatibles avec la vocation des associations.Le montant des cotisations annuelles ne sera pas encadré : la tarification sera donc libreLes associations devraient pouvoir proposer des services complémentaires : RC Pro, PJ, formation…
Evènements & Infos

Retrouvez tous les évènements et les informations de l’AFIB